Accueil À la une L’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes ouvre des perspectives pour notre territoire

L’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes ouvre des perspectives pour notre territoire

Après la victoire vient le temps des perspectives. L'abandon du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, en plus d'épargner au bocage et aux terres agricoles une destruction sans précédent, permettra d'économiser plusieurs centaines de millions d'euros. Cet investissement qui n'ira pas à la création d'un nouvel aéroport doit à présent être fléché sur le développement du transport ferroviaire.

 

Améliorer la liaison Rennes-Nantes

Pour Gaëlle Rougier, « une liaison ferroviaire rapide entre Rennes et Nantes doit enfin être mise en œuvre. Nous le réclamons depuis de nombreuses années. Les voies ferrées existent, via Redon mais aussi via Chateaubriant. Leur profil permet la circulation de trains à 160 km/h, soit moins d'une heure pour relier Rennes à Nantes. Elles desservent par ailleurs les deux aéroports existants de Rennes-Saint-Jacques et de Nantes-Atlantique. Ces projets d’amélioration des lignes existantes sont pour nous prioritaires. »

 

 

Le RER rennais pour répondre aux besoins quotidiens des habitants la métropole rennaise

Pour Matthieu Theurier, « en complément de l’arrivée de la seconde ligne de métro, notre métropole a besoin de modes de transports écologiques qui permettent de relier l’ensemble des habitants du territoire. Les cinq lignes ferroviaires rennaises sont pour cela une vraie opportunité. 16 communes de l’agglomération et 8 quartiers rennais sont traversés par une voie ferrée. Il faut utiliser ces infrastructures pour développer un nouveau mode de transports en commun urbain, utile à toutes et tous. Nous souhaitons le développement d’un véritable RER rennais. Si un projet ambitieux de réhabilitation des lignes ferroviaires Rennes-Redon et Rennes-Chateaubriant se met en place, le RER rennais devient possible. »

 

Le plan du futur RER rennais ?

 

Pour Morvan Le Gentil, « Ces projets permettront aux habitant-e-s de Bretagne de se déplacer de manière efficace et écologique. À l'heure où la pollution de l'air tue chaque année en France près de 50 000 personnes, à l'heure où les émissions de gaz à effet de serre continuent à progresser de manière exponentielle, il est plus que temps de développer des moyens de transports durables : le train en fait partie. »

 

--

Morvan Le Gentil, président du groupe écologiste à Rennes Métropole

Gaëlle Rougier et Matthieu Theurier, co-président-e-s du groupe écologiste à la Ville de Rennes

Laisser un commentaire