Accueil À la une Les écologistes soutiennent les apiculteurs bretons

Les écologistes soutiennent les apiculteurs bretons

[Communiqué]

 

Le 29 mai, les députés ont rejeté l'interdiction dans les trois ans du glyphosate. Cette substance est pourtant classée cancérogène probable par l'Organisation mondiale de la santé. En plus de présenter des risques avérés pour la santé humaine, le glyphosate met en péril la biodiversité et hypothèque l'avenir de notre planète. Le vote des parlementaires français est irresponsable !

Cet herbicide détruit systématiquement les plantes adventices, autrement dit la diversité biologique indispensable à la vie. Dans le cocktail chimique autorisé en agriculture, les néonicotinoïdes nous inquiètent tout autant. Ils ont décimé ce printemps plus de 20 000 colonies d'abeilles en Bretagne, soit le tiers des ruches. Certains apiculteurs déplorent jusqu'à 85% de perte d'abeilles, et plusieurs dizaines de milliers d'euros de manque à gagner. Les apiculteurs poussent aujourd'hui un cri d'alarme, pour leur survie économique, mais également pour dénoncer l'utilisation de ces néonicotinoïdes qui empoisonnent le sol, les abeilles, et tous les insectes pollinisateurs. Il est temps pour la Région Bretagne de réagir. Et de mettre en place un réel plan de soutien économique à la filière.

Les élu-e-s écologistes et citoyens de Rennes soutiennent la mobilisation du Collectif pour la survie de l'abeille et sont présents à leurs côtés pour dénoncer la catastrophe écologique du glyphosate et la complicité du Gouvernement dont le projet de loi Agriculture et Alimentation est une insulte à la défense de l'environnement.

 

 

2 commentaire(s)

  1. Tiphaine Garin

    Bonjour et merci pour votre engagement pour les abeilles. La situation est aujourd’hui alarmante et le gouvernement ne fait rien en matière d’écologie pour assurer un avenir pérenne aux générations futures. En effet, la disparition des abeilles sonnerait tout simplement la fin de l’humanité. Que proposent concrètement les élus EELV pour faire revenir les abeilles dans nos campagnes et dans la Ville? Ce matin à Sainte Thérèse je me suis rendu compte avec effarement que plus un insecte ne traîne sur les étals. C’est clairement très grave. Des mesures sur le territoire de la Métropole peuvent-elles être prises, sans être entérinées au niveau national?

    J’ai beaucoup de question sur ces sujets. Je serais ravie d’échanger avec des élus de votre groupe pour savoir ce que nous pouvons faire localement pour assurer l’avenir de nos enfants dans un monde qui sera bientôt stérile si nous ne faisons rien. Bien cordialement,

    T. Garin

    1. Les élu-e-s écologistes de Rennes et Rennes Métropole

      Bonjour,
      nous sommes en effet préoccupés par la disparition progressive des abeilles, véritables sentinelles de la biodiversité et de la qualité de notre environnement. Il faut savoir d’abord que Rennes a été pionnière en matière de non-utilisation de produits phytosanitaires ; depuis 2006 toutes les communes de la métropole sont engagées dans le programme Zéro Phyto.
      Nous œuvrons en tant qu’élu·e·s municipaux au travers de différentes délégations pour favoriser la biodiversité et la qualité de l’environnement. Notamment en contribuant fortement à faire évoluer le projet urbain vers une meilleure prise en compte de l’environnement. Le retour de la nature en ville est ainsi devenu la première ambition du projet urbain auquel nous travaillons. La trame verte et bleue et le maillage des espaces verts doivent assurer la continuité écologique des prairies Saint-Martin à la Prévalaye et plus largement de la forêt de Rennes à la vallée de la Vilaine. Le coefficient de biotope intègrera le nouveau PLU et imposera une part de végétation en toiture, en façade ou en pleine terre à tous les projets de construction. Par ailleurs nous soutenons l’installation de paysans en agriculture biologique et permaculture aux portes de Rennes, et via notre délégation « Approvisionnements » nous avons mis en place un marché vertueux incitant fortement les agriculteurs situés sur les zones de captage à améliorer continuellement leurs pratiques. Ce ne sont là que quelques exemples d’actions que nous menons pour faire revenir la biodiversité en ville.

Laisser un commentaire