Accueil À la une Parrainage républicain des enfants nés aux Jardins de la Poterie

Parrainage républicain des enfants nés aux Jardins de la Poterie

Le 12 juillet a eu lieu le parrainage des enfants nés aux Jardins de la Poterie. Parmi les parrains et marraines, quatre élu-e-s écologistes - Valérie Faucheux, Laurent Hamon, Sylviane Rault et Matthieu Theurier - ont pris l'engagement d'aider leur filleul-e dans toute la mesure de leur force et de leurs moyens, et de lui transmettre les principes d'humanité et de solidarité inscrits dans la Déclaration des Droits de l'Homme.

 

Discours de Valérie Faucheux 

C'est un moment de gaieté que doit être cette cérémonie. Bienvenue les enfants, bienvenue vous les familles. Vous et vos enfants avez toute votre place dans la maison commune de tous les Rennais-e-s.

Nous renouvelons un engagement déjà pris en 2009, sous l'égide de nos prédécesseurs. Cette cérémonie ponctue une période pendant laquelle nous avons réussi TOUS à  innover  au gré des besoins. Notre délégation de parrains et de marraines qui réunit tous les courants de la majorité (Parti socialiste, Parti communiste, Elus écologistes) et le Parti de gauche atteste de l'engagement de notre municipalité. Par cette installation aux Jardins de la Poterie, vous les résidents et vous les militants associatifs vous nous avez permis de penser autrement. D'un squat, les Jardins de la Poterie sont devenus une occupation légale soutenue par les habitants du quartier qui ont manifesté leur profond humanisme. Je profite de ce mot pour les en remercier.

Vous avez mis en mouvement le groupe Lamotte, qui a prêté à titre gracieux le lieu, le notaire qui a travaillé un dispositif juridique méconnu, des salariés d’Enedis et de la SPL en charge de la vérification des branchements, la Ville de Rennes, le CCAS (dont je salue les membres du CA et surtout les services), Rennes Métropole et la Collectivité Eau du Bassin Rennais qui contribuent aux paiements des factures d'électricité, de chauffage urbain, et d'eau.

Tout ceci a été possible par votre engagement, vous les résidents, véritables acteurs  de cette occupation et vous les membres des associations : CCFD-Terres solidaires, la Fondation Abbé Pierre, Le Secours Catholique et bien entendu Un toit c'est un droit.

Permettez-moi de vous saluer  plus particulièrement. Votre présence au quotidien au prix de vos vies personnelles, votre formidable capacité à mobiliser et à fédérer les milieux militants et artistiques rennais, votre incomparable réactivité face aux aléas et multiples difficultés que vous avez du affronter ces douze derniers mois, votre inestimable capacité à faire de ce lieu non pas seulement un abri mais surtout un lieu de vie interculturel et de cohésion sociale, ont permis la réussite des Jardins de la Poterie.

Malheureusement, cette réussite est bien terne aujourd'hui car les conditions de la sortie sont plus qu'incertaines. Et c'est plein d'émotion que nous sommes là ce jour avec vous car nous sommes démunis. Démunis, devant tant d'injonctions contradictoires de la part de l'État et de ses représentants. Les Jardins de la Poterie n'auraient jamais dû exister. Pourtant ils ont existé car vous les associations et nous avec les collectivités locales avons accompli les obligations qui relèvent de l'Etat.

Les élu-e-s que nous sommes dénoncent le traitement politique des migrants et le choix de la Préfecture d'abandonner à la rue plus de 160 personnes avec femmes et enfants dont des nourrissons, en violation de la loi française et des traités européens.

Nous continuerons avec vous dans les prochains jours et les prochains mois à interpeller pour que l'issue lundi prochain soit plus heureuse.

Puisque le parrainage, comme la Loi le précise, consiste à faire entrer vos enfants dans la communauté républicaine, que cette même Loi vous donne les droits pleins et entiers à l’égal des citoyens français, droits qui vous permettront de vivre dans la dignité.

Je terminerai par deux citations de poètes.

L’une, d’Aimé Césaire, dont je vous laisse deviner à qui elle s’adresse :

« Une civilisation qui s'avère incapable de résoudre les problèmes que suscite son fonctionnement est une civilisation décadente. Une civilisation qui choisit de fermer les yeux à ses problèmes les plus cruciaux est une civilisation atteinte. Une civilisation qui ruse avec ses principes est une civilisation moribonde. »

Et une seconde, d’Andrée Chédid :

Gardons « les yeux ouverts sur les souffrances, le malheur, la cruauté du monde ; mais aussi sur la lumière, sur la beauté, sur tout ce qui nous aide à nous dépasser, à mieux vivre, à parier sur l’avenir. ».

 

Qu’un monde ouvert s’ouvre à vos enfants et leur permette de vivre dans la lumière. Enfin !

 

 

Laisser un commentaire