Accueil À la une Pour des cirques sans animaux sauvages

Pour des cirques sans animaux sauvages

[Conseil municipal du 4 décembre 2017]

Avec les élus du Parti de Gauche, nous avons déposé un vœu visant à dissuader les cirques avec animaux sauvages de s'installer sur le territoire de Rennes. Cette question portée depuis de nombreuses années par les écologistes vient de faire un pas en avant.

 

 

Conseillère municipale

 

Intervention de Valérie FAUCHEUX au nom des élu-e-s écologistes

Nous sommes heureux de voter ce soir ce vœu concernant la présence d'animaux sauvages dans les cirques. Cette question portée depuis de nombreuses années par les écologistes vient peu à peu sur le devant de la scène. Et pour cause, les citoyen-ne-s sont de plus en plus sensibles à la question du bien-être animal. En effet, les éléphants, girafes, lions et autres zèbres n'ont rien à faire dans des cirques qui sillonnent jour après jour les espaces bitumés de nos villes.

L'animal est un être vivant et sensible. Cette évidence n'aura pourtant été retranscrite dans le code civil qu'en 2015. Avant cela, l'animal, en France, était juridiquement considéré comme un « bien meuble ». C'est dire le chemin qu'il nous reste à parcourir en matière de bien être animal. Heureusement, notre ville n'a pas attendu le législateur pour agir en la matière.

Cela fait longtemps désormais que Rennes a développé une politique de l'animal en ville. Politique partagée avec les associations dans le cadre d'un groupe de travail consultatif animé par notre collègue Charlotte Marchandise.

Nous agissons aussi avec notre collègue Nadège Noisette dans la cadre du plan alimentaire durable. Celui-ci permettra d'instituer un repas 100% végétarien dans les cantines scolaires de Rennes et d'augmenter de façon importante la part de l'alimentation biologique dans notre ville. Nous participons ainsi à créer des alternatives à une agriculture industrielle maltraitante pour les animaux d'élevages.

Les cirques sont d'ailleurs toujours plus nombreux à refuser d'exploiter des animaux sauvages. Et chaque année on voit apparaître de nouveaux cirques qui offrent aux yeux émerveillés de leurs spectateurs des numéros d'équilibristes, d'acrobates, de jongleurs tout aussi - si ce n'est plus - époustouflants d'adresse et de créativité artistique. Le cirque contemporain est bien vivant et nous voulons le soutenir.

À l'instar de la Suède, de l'Autriche, de la Belgique, à l'instar de New-York, Madrid ou plus près de nous Bastia, Chartres, Villeurbanne ou la quarantaine de communes françaises qui ont pris des dispositions, Rennes doit elle aussi se positionner pour la cause animale et dissuader par tous les moyens possibles la présence de cirques avec animaux sauvages de s'installer sur son territoire.

Nous espérons par ce vœu non pas brider les cirques mais leur donner un nouveau souffle, respectueux du bien-être animal et en phase avec la société écologique qui se construit.

Laisser un commentaire