Accueil À la une Remise en cause de l’aide sociale à l’enfance des familles migrantes : intolérable!

Remise en cause de l’aide sociale à l’enfance des familles migrantes : intolérable!

[Conseil municipal du 25 juin 2018]

À l'occasion d'une délibération sur un partenariat entre le département d'Ille-et-Vilaine et la Ville de Rennes, nous avons fait part de notre colère face à la remise en cause de l'aide sociale à l'enfance accordée aux familles migrantes. Et appelons à signer la pétition pour le maintien de l'allocation de l'ASE.

 

 

Conseillère municipale


 

Intervention de Valérie FAUCHEUX au nom des élu-e-s écologistes et citoyen-ne-s

Nous profitons de cette  délibération portant sur le partenariat entre la Ville et le Département pour interpeller le département d'Ille-et-Vilaine qui a récemment décidé de remettre en cause l'aide sociale aux familles migrantes. En effet, cette décision aura un impact direct pour notre Ville.

Jusqu'à présent, dans le cadre de la protection de l'enfance, le Conseil Départemental d'Ille-et-Vilaine accordait à toute famille étrangère démunie une allocation mensuelle lui permettant d'assurer les besoins fondamentaux de ses enfants (à titre d'exemple : 300 euros pour un parent isolé avec un enfant, 525 euros pour une mère et ses 4 enfants).
À partir du 1er septembre 2018, cette aide sera totalement supprimée pour les ressortissants européens, limitée à 6 mois pour les autres familles étrangères sans titre de séjour.

La dureté des conditions d'accueil imposées par les gouvernements successifs ont fortement diminué l'octroi des cartes de séjour ces dernières années, maintenant dans l'irrégularité ces familles qui ne peuvent accéder au droit commun (logement, travail). Cette allocation relativement faible ne leur permet que d'assurer leur subsistance au quotidien. Nous avons parfaitement conscience des contraintes budgétaires qui pèsent sur le Département.

 

Mais nous ne pouvons pas accepter que les familles les plus fragiles et les plus précaires en soient les victimes. Pour une économie minime, à peine 0,2 % du budget départemental de l'Aide sociale à l'enfance, le département a délibérément choisi de ne plus protéger TOUS les enfants vivant sur son territoire.

 

Cette aide extra légale honorait notre territoire, et les élu·e·s qui l'ont portée jusque-là, d'une solidarité juste et nécessaire. Nous ne pouvons que désapprouver sa suppression à terme pour des familles qui ne bénéficient d'aucune autre aide. Car rappelons-le, contrairement aux idées reçues, les familles étrangères sans situation administrative régulière ne perçoivent AUCUNE allocation familiale, AUCUNE allocation logement et encore moins le RSA et prime d'activité. Ils n'ont, par ailleurs, pas le droit de travailler.

 

Dans moins d'un an, c'est le budget des CCAS de nos communes qui seront sollicités. Dans moins d'un an, ce sont des enfants qui ne fréquenteront plus la cantine, qui est parfois le seul repas chaud de la journée qu'ils consomment. Dans moins d'un an, ce sont des familles qui feront la manche sur nos trottoirs.

 

À l'heure où le gouvernement s'apprête à remettre en cause les prestations sociales et plus précisément les minima sociaux, la décision du département concourt au brouillage politique qui légitime une fois encore les idées nauséabondes de la droite extrême et de l'extrême-droite.

Ce texte reprend en partie l'interpellation déposée par un collectif d'organisation regroupant associations d'entraide pour les migrants, associations caritatives et organisations politiques, que nous avons décidé de signer et de relayer. Nous invitons les Rennaises et les Rennais à rejoindre cette mobilisation et faire changer d'avis l'assemblée départementale.

**

POUR SIGNER LA PÉTITION : https://www.petitions24.net/cd35__maintien_de_lallocation_de_laide_sociale_a_lenfance

 

 

Laisser un commentaire