Accueil À la une Rocade : l’abaissement de la vitesse confirmé

Rocade : l’abaissement de la vitesse confirmé

entete_communique

 

Aujourd'hui les résultats de l'expérimentation de la baisse de la vitesse sur la rocade ont été rendus publics par la Préfecture. Pour autant, la bataille contre la pollution de l'air n'est pas gagnée et il est nécessaire de poursuivre et d'approfondir les études en cours et à venir sur les différents polluants.

Si les résultats de cette expérimentation sont peu probants sur le passage de 90 à 70 km/h, ils montrent toutefois de nets progrès en termes de pollution atmosphérique sur la portion passée de 110 à 90 km/h.

Sur celle-ci, la diminution enregistrée est de l'ordre de 30 à 40 % en moyenne, et jusqu'à 70 % sur une journée. Ces chiffres sont très positifs. L'abaissement de la vitesse à 90 km/h sur un tiers de la rocade est pour nous une avancée significative. Nous prenons acte de l'harmonisation de la vitesse sur la totalité de la rocade qui permettra une meilleure appropriation de la démarche et espérons-le une réduction accrue des émissions.

Il n'en reste pas moins que la pollution de l'air est responsable de 48 000 morts par an ; à l'échelle de Rennes, elle représente une centaine de morts chaque année. Cette pollution sur notre métropole est liée pour l'essentiel à l'agriculture, au chauffage des logements et aux déplacements. C'est contre toutes ces causes qu'il faut s'atteler à lutter.

Il est urgent d'agir et de prendre des mesures efficaces et justes. L'abaissement de la vitesse automobile en est une. Diminuer le nombre de voitures qui empruntent chaque jour la rocade doit devenir une priorité.

Les solutions existent, il faut maintenant les mettre en œuvre pour favoriser davantage le co-voiturage, les transports collectifs en site propre et les liaisons cyclables efficaces entre Rennes et les communes périphériques. Autant de chantiers que le prochain plan de déplacements métropolitain, actuellement en cours de débat, devra accélérer.

 

--

Gaëlle ROUGIER et Matthieu THEURIER, co-président-e-s du groupe écologiste Ville de Rennes

Morvan LE GENTIL, président du groupe écologiste Rennes Métropole

5 commentaire(s)

  1. Morain

    300 000€ alors qu’on savait très bien que réduire la vitesse à 70 km/h était une hérésie sans nom, Paris l’avait prouvé. 90 km/h partout c’est parfait et ce qui était préconisé par tout le monde sauf les bobos/écolos qui ont pollué et engendré plus d’accidents pendant 1 an mais reconnaître vos erreurs vous en êtes bien incapables.
    Et au fait les 6 mois pendant lesquels les capteurs n’ont pas fonctionné, qui s’en est inquiété ? Votre étude durait 1 an, on a dépensé 300k et pas capable de mesurer le tout sur un an. Bravo pour votre sérieux les démagogues, les théoriciens enfin bref, espérons que vous retiendrez la leçon au delà de vos discours pitoyables qui ternissent les vrais environnementalistes.

    1. Les élu-e-s écologistes de Rennes et Rennes Métropole

      Cher Monsieur Morain,
      Pour répondre à vos interpellations, nous souhaitons d’abord vous rappeler que ce n’est pas « notre » étude mais une expérimentation inédite – et en ce sens, Paris n’a rien prouvé puisque c’est la première du genre.
      Nous voulons aussi attirer votre attention sur le fait que les capteurs ont parfaitement bien fonctionné, contrairement à ce que vous affirmez, sur des périodes bien identifiées et comparables d’une année sur l’autre afin d’étudier des situations identiques en termes de conditions climatiques et de trafic.
      L’abaissement de la vitesse de 110 à 90 km/h a eu un réel impact en termes de pollution et on constate une baisse très significative. D’autre part, contrairement à ce que vous croyez, la baisse à 70 km/h peut avoir un impact positif sur la fluidité du trafic voiture mais celui-ci est contrebalancé par celle des poids lourds ; ce qui nous pousserait plutôt à envisager des mesures spécifiques pour ceux-ci.
      Enfin, nous estimons que 100 morts prématurées par an liées à la pollution de l’air valent bien que nous expérimentions pendant une année.
      Non, nous ne sommes pas dogmatiques, ce qui nous importe c’est de diminuer la pollution atmosphérique et sonore et de préserver la santé des habitants de Rennes et de la métropole, par tous les moyens à notre disposition.

  2. dalgwen

    Bonjour monsieur Morain.
    Quelle source avez-vous pour dire que le passage à 70 km/h à Paris est si négatif ? En prenant le premier lien d’une recherche, je vois un bilan au contraire très positif :
    http://www.lemonde.fr/paris/article/2015/01/19/le-bilan-tres-positif-de-la-reduction-de-la-vitesse-sur-le-peripherique-parisien_4559095_1779311.html

  3. Morain

    Vous lisez ce qui vous arrange.
    Il y a plus de morts, bon c’est que 3 gus de plus, on s’en fou pas vrai ? L’objectif n’est-il pas de sauver des vies ?
    Infractions multipliés par 3,5 à Paris mais bon si la vitesse moyenne augmente tant mieux hein, ça doit moins polluer de fait 😉
    Cette mesure avait été prise dans le but de réduire la pollution de l’air et réduire les polluants, il n’en est rien, voilà ce qui devrait vous mettre la puce à l’oreille, aucune info là dessus.

    Mais continuer d’écouter les médias ceux qui avaient annoncés une panne des équipements sur la rocade de Rennes les 6 premiers mois, ahahah.

  4. dalgwen

    Monsieur Morain, je vous trouve très agressif, ce n’est pas très agréable de discuter avec vous.

    – Malheureusement, 3 morts en plus, ce n’est pas statistiquement significatif sur un nombre si faible. Il est impossible de statuer sur les effets d’une politique de vitesse avec si peu de cas. Et ce serait valable dans l’autre sens aussi, si il y avait eu 3 morts de moins. Il suffit d’une voiture de jeunes ayant trop bu pour faire basculer les chiffres dans un sens ou dans l’autre. Il faut des chiffres sur plus longtemps avant de conclure. A l’inverse, le nombre d’accidents, qui possède une variance moindre, est plus significatif.
    – Deuxièmement, oui, si la vitesse moyenne augmente, cela peut aussi diminuer la pollution : il suffit que cette augmentation de vitesse moyenne soit la conséquence d’une diminution des arrêts / départs dans les bouchons, ou des variations fortes de vitesse (qui sont très polluants).
    – Le nombre d’infractions qui augmente est évidemment logique, et je ne vois pas en quoi c’est un point négatif. Ce n’est pas vraiment positif non plus d’ailleurs. Personnellement, mon avis quand même : de l’argent en moins dans les portefeuilles des gens qui ne savent pas contrôler leur vitesse, et plus dans les ministères gérant la sécurité et la prévention routière, ça ne me dérange pas.
    – Quand à la pollution, effectivement les effets ne sont pas prouvés dans le cas de Paris et Rennes. Mais le consensus scientifique (voir les rapports de l’Ademe, basé sur d’autres expérimentations) est pourtant assez clair sur ce sujet : une diminution de la pollution est normalement à attendre. C’est dommage et étonnant qu’on ne retrouve pas ces résultats chez nous. J’espère qu’on aura des explications.

Laisser un commentaire