Accueil Conseil communautaire Budget de Rennes Métropole : de réelles avancées, et aussi des marges de progrès

Budget de Rennes Métropole : de réelles avancées, et aussi des marges de progrès

[Conseil métropolitain du 25 février 2016]

Le budget de Rennes Métropole a été voté en conseil métropolitain. Si nous mesurons le chemin parcouru pour aboutir à un document véritablement politique, nous regrettons toutefois que nos propositions soumises lors du débat d'orientation budgétaire de janvier n'aient pas été prises en compte.

 

morvan_nConseiller métropolitain
Président du groupe écologiste de Rennes Métropole

+

L'économie de demain sera décarbonée, collaborative et responsable (notre intervention lors du débat d'orientation budgétaire)

 

Le budget 2016 en images

Intervention de Morvan Le Gentil au nom du groupe écologiste

citationMes chers collègues,

« La forme, c’est le fond qui remonte à la surface ». Une fois n’est pas coutume, invoquons Victor Hugo pour parler budget, et une fois n’est pas coutume, commençons par nous intéresser à la forme. Car c’est en effet l’innovation la plus visible de ce budget primitif, cette présentation par grandes politiques, programmes et missions. Après la modification de périmètre liée à la loi MAPTAM, l’an dernier, nous voici à nouveau avec une petite gymnastique à opérer pour jongler entre deux présentations, l’une par chapitre et l’autre par programme. Mais l’exercice de cette année apporte une véritable plus-value en termes de lisibilité et d’incarnation concrète, politique, des budgets que nous voterons tout à l’heure.

Je voudrais donc saluer vivement le travail des services qui se sont impliqués dans la mise au point de cette nouvelle présentation, et remercier Gaëlle Andro pour son pilotage et sa disponibilité lors de nos échanges préparatoires. Cela étant dit, il y aurait peut-être encore deux pistes pour continuer à affiner l’outil :

  • La première sous la forme d’un tableau récapitulatif de l’ensemble des programmes et des budgets afférents, qui pourrait prendre place en fin de document.
  • La seconde, en développant sur chaque fiche une logique d’indicateurs et d’objectifs, pour aller plus loin que les « chiffres clés » qui témoignent surtout de l’année passée.

Et peut-être, mais ce n’est qu’un avis personnel, éviter de placer le « crématorium » dans le même programme que « réseaux de chaleur » et « gestion des déchets »…

Sur le fond, maintenant. Si je n’ai pas commencé par là, il y a une raison : ce budget est tellement dans la continuité des orientations présentées lors du débat d'orientation budgétaire, il y a quelques semaines, qu’il n’y a pas grand-chose de neuf à en dire. Je pourrais même faire un strict « copier-coller » de nos remarques :

  • Redire qu’au moment où les modèles agricoles se recomposent dans la douleur, il manque une vision pour notre agriculture péri-urbaine, intégrée à un plan alimentaire local ;
  • Regretter la certaine frilosité de nos ambitions métropolitaines, à 43 communes, dans les domaines de la jeunesse, voire de la cohésion sociale et de la culture ;
  • Constater le rendez-vous manqué avec la participation citoyenne, alors que celle-ci pourrait contribuer à la légitimité de notre institution ;
  • Réaffirmer notre disponibilité pour travailler à une révision de la taxe de séjour, afin que nos visiteurs relativement aisés contribuent davantage à financer le cadre de vie qualitatif et les équipements que nous mettons à leur disposition ;
  • Alerter encore sur le dogme du serrage de boulons en matière de ressources humaines, et sur les limites du « redéploiement » dans une collectivité qui devra vite faire face à de nouvelles missions et de nouveaux défis ;
  • Répéter notre désaccord avec l’affichage d’une baisse du soutien aux associations, même si nous comprenons que cette baisse sera quasi-nulle en dehors des structures parapubliques (mais dans ce cas un niveau de détail plus précis gagnerait à être indiqué dans le document) ;
  • Enfin plaider pour un véritable changement de braquet au chapitre de la production d’énergies renouvelables, dans la lignée de vos engagements de septembre dernier, M. le Président – car ce volontarisme, en étant restreint pour 2016 aux seuls réseaux de chaleur, apparait comme rétréci au lavage budgétaire.

Cela n’enlève rien à notre soutien à la majorité des politiques déclinées ici, et au budget dans son ensemble : encore une fois nous mesurons le travail accompli autour de l’habitat, l’assainissement, l’ESS, les nouvelles pistes qui s’ouvrent autour des mobilités, entre autres. Nous nous y associons volontiers, en restant mobilisés pour nourrir les chantiers qui restent devant nous, et proposer les inflexions qui nous semblent nécessaires.

Je vous remercie.

Laisser un commentaire