Accueil À la une Notre-Dame-des-Landes : une raison supplémentaire de dire NON

Notre-Dame-des-Landes : une raison supplémentaire de dire NON

[Communiqué de presse]

Christophe Castaner a déclaré la semaine dernière que l'avenir de l'aéroport de Rennes-Saint-Jacques pourrait être compromis en cas de réalisation de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Avant de préciser qu'il n'est pas question aujourd'hui de le fermer, cette déclaration abrupte a eu le mérite de faire prendre conscience à tous les responsables locaux de l'impact d'un nouvel aéroport en termes d'aménagement du territoire.


Christophe Castaner n'aura finalement fait que rappeler une évidence : il n'y pas de place pour trois aéroports de taille similaire situés dans un rayon de cent kilomètres. Cela n'existe nulle part en Europe. Défendre Notre-Dame-des-Landes, c'est forcément accepter implicitement que l'existence des aéroports actuels de Rennes et Nantes soit remise en cause. À l'inverse, si l'on considère que l'aéroport de Saint-Jacques est en pleine forme, que Nantes Atlantique ne fermera pas car Airbus a toujours affirmé qu'il souhaitait continuer à l'utiliser, alors à quoi sert le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes ?


Ces questions n'ont jamais été réglées et c'est d'ailleurs pourquoi les écologistes ont demandé dès 2008 l'élaboration d'un schéma aéroportuaire régional, qui n'a jamais vu le jour...


Au-delà des questions environnementales que soulève depuis des dizaines d'années ce projet inutile et néfaste, il est évident qu'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes pose de vraies questions en matière d'aménagement du territoire. Nous nous étonnons que les élu-e-s locaux semblent découvrir aujourd'hui ce que nous expliquons depuis des années.

Gaëlle ROUGIER et Matthieu THEURIER, co-président-e-s du groupe écologiste de Rennes

Laisser un commentaire