Accueil À la une Oui au sport pour tout-e-s !

Oui au sport pour tout-e-s !

[Conseil municipal du 9 mars 2015]
La subvention au sport amateur a été votée en conseil municipal. De quoi se réjouir de la promotion de la pratique sportive des jeunes et notamment des adolescentes. Et réinterroger la place du sport de compétition...

Valérie FAUCHEUX
Conseillère municipale

 

img_pdf_downlaod

 

hautparleur

Intervention de Valérie FAUCHEUX au nom du groupe écologiste

Madame la Maire, Cher-e-s collègues,

Nous sommes heureux de voter ce soir les subventions allouées aux associations sportives rennaises. Elles sont plusieurs centaines à accueillir les Rennais de tous âges pour des pratiques sportives amateures allant de la détente à la compétition au plus haut niveau.

La pratique sportive est un véritable vecteur d'inclusion sociale, elle permet d'expérimenter le collectif en dépassant les différences sociales, professionnelles, générationnelles… Et c'est notamment pour cette raison que nous voulons favoriser le sport pour tou-te-s. Les nouveaux critères de répartition de la subvention municipale mis en œuvre vont dans ce sens et nous tenons d'ailleurs à saluer l'important travail fourni par les salariés et administrateurs de l'Office des Sports qui ont opéré une vraie remise à plat.

Ces critères permettent de valoriser la pratique des jeunes, et plus particulièrement celle des adolescentes qui sont nous le savons les plus éloignées de la pratique sportive. À l'adolescence, les filles sont trois moins nombreuses que les garçons à faire du sport régulièrement et ceci au détriment de leur santé et de leur inclusion sociale. Nous espérons que ces critères rénovés encourageront les clubs à accueillir davantage ces adolescentes et permettront de rétablir une certaine égalité au niveau des pratiques.

Pour autant, si ces critères valorisent la pratique féminine et prennent certes en compte tous les niveaux sportifs, il nous semble qu'ils survalorisent encore trop la pratique compétitive, dont le coefficient est 5 fois supérieur à celui de la pratique de loisir et même 10 fois supérieur si le sportif n'est pas licencié d'une fédération. Pour les écologistes, si le sport amateur de compétition a toute sa place, pourquoi ne serait-il pas traité à égalité avec le sport de loisir ?

 

Laisser un commentaire