Accueil À la une Passons sans attendre à une économie décarbonée

Passons sans attendre à une économie décarbonée

[conseil municipal du 23 novembre 2015]

Parce que lutter contre le réchauffement climatique, cela passe nécessairement par le niveau local, les élus écologistes ont présenté un vœu qui permette de réorienter les volumes d’investissements destinés aux énergies fossiles vers une économie plus verte. Il a été adopté à l'unanimité !

Conseiller municipal

Co-président du groupe écologiste

+

Vœu pour une économie décarbonée (texte intégral)

Intervention de Matthieu Theurier au nom du groupe écologiste

 

citationEn 1997, le protocole de Kyoto visait à empêcher le réchauffement climatique. En 2015, à quelques jours de la COP 21 qui se déroulera à Paris, on ne parle plus d'empêcher le réchauffement climatique mais de le contenir en dessous de 2°C d'augmentation. En 20 ans, l'urgence n'a cessé de grandir.

À l'échelle mondiale, l'année 2015, comme l'année 2014, sont les plus chaudes jamais enregistrées. La température globale a augmenté de près d'1 degré Celsius cette année par rapport à la moyenne du XXe siècle. Notre pays est bien sûr touché, comme le démontre l'intensification des phénomènes météo extrêmes : sécheresses, inondations, érosion, tempêtes, températures parfois de 10°C supérieures aux moyennes de saison.

Rien d'étonnant à cela puisque la concentration de CO2 dans l'atmosphère a atteint le seuil de 400 parties par million (ppm). Niveau jamais atteint depuis que l'homme est apparu sur Terre. Nous entrons ainsi dans une situation totalement incertaine et que l'être humain n'a jamais connue au cours de son histoire.

Les enjeux climatiques, de qualité de l’air ou de transition énergétique sont évidemment des enjeux d’environnement et de santé publique ; mais ils sont aussi, au moins autant, des enjeux de solidarité.

Ici, en Bretagne et en Europe où les plus vulnérables seront toujours les premières victimes de l’inaction, de la précarité énergétique et des pollutions de leur environnement.

Ailleurs dans le monde, où la lutte contre les dérèglements climatiques est indéniablement un facteur de paix. À plus forte raison dans le tourbillon de ces derniers jours, nous ne pouvons nous exonérer d’une réflexion plus profonde sur les causes des déséquilibres géopolitiques mondiaux. La cartographie des conflits majeurs de ces dernières années parle d’elle-même : le pétrole et l’eau en sont des déterminants prépondérants. Même si les causes énergétiques et climatiques ne sont pas la seule grille de lecture, leur impact ne doit pas être sous-estimé dans la situation actuelle.

Réussir la COP 21 devient plus que jamais nécessaire. Pour enrayer le dérèglement climatique bien sûr. Mais aussi pour réduire la place des énergies fossiles dans nos consommations, et assécher la manne pétrolière dont profitent ceux qui assassinent en Syrie, au Mali et en France.

Le constat est dur, inquiétant, violent, et pourtant, il est toujours possible d'agir.

La première mesure pour lutter contre le réchauffement climatique, ce sont des moyens en faveur des énergies décarbonées. L’enjeu principal est de réorienter les volumes d’investissements destinés aux énergies fossiles vers une économie plus verte. Banques, fonds de pension et d'investissement, assurances, caisses de retraite, ces organismes avec lesquels les villes travaillent doivent être des facilitateurs dans ce passage vers une économie décarbonée.

La loi du 17 août 2015, dite Loi de transition énergétique, offre la possibilité aux villes de questionner les organismes financiers avec lesquels elles travaillent sur leur politique d'investissement relative à la transition énergétique. Par le présent vœu, il vous est proposé que la Ville de Rennes se saisisse de cette possibilité et qu'elle tienne compte des réponses faites par ces opérateurs dans les critères de consultation qu’elle effectue régulièrement pour ses opérations de financement.

À notre échelle, nous apportons ainsi notre pierre à l'édifice de la lutte contre le réchauffement climatique.

 

Laisser un commentaire