Accueil À la une Plan vélo : des moyens à la hauteur des enjeux

Plan vélo : des moyens à la hauteur des enjeux

[Conseil municipal du 23 novembre 2015]

Le Plan Vélo a été présenté par Sylviane Rault aux élus du conseil municipal. Avec pour objectif de porter la part modale du vélo à 20%, il s'appuie sur quatre leviers essentiels : baisse de la vitesse automobile, amélioration du réseau cyclable et des services vélo et promotion. Applaudi, il a été approuvé à l'unanimité.

sylviane_n

Adjointe à la Mobilité

picto_video

Regarder la présentation par Sylviane en conseil municipal (à 00:29:49)

 

[Télécharger le_Plan Velo 2020 Rennes]

img_pdf_downlaod

 

[Télécharger notre document]

4P_velo

 

[Voir notre infographie]

Plan Vélo Rennes 2020

 

[sur le site d'EELV Rennes]

Un grand soir pour le vélo à Rennes

 

Délibération présentée par Sylviane Rault 

citationTout d'abord, je tiens à remercier les associations de cyclistes et de piétons Rayon d'action et Espace Piéton pour leur implication dans les réunions de travail qui se sont déroulées toute l'année, je remercie également les services et les membres du conseil des mobilités ayant participé à cette réflexion sur le schéma structurant vélo et le référentiel pour les aménagements.

 

Objectif : 20 % de déplacements à vélo

Le plan vélo qui vous est proposé au vote aujourd'hui vise à porter la part modale des déplacements vélo à 20% d'ici 2020. C'est un objectif ambitieux, et essentiel face à l'ampleur de la pollution atmosphérique.
Les Rennaises et les Rennais l'ont bien compris, ils sont, en effet, de plus en plus nombreux à adopter le vélo pour se rendre au travail ou à l'université, sur les lieux de loisirs ou pour faire leurs achats.

Nos comptages vélo nous montrent une augmentation de près de 50% de cyclistes depuis 2010, ainsi en 2014, nos points de comptage ont révélés 20 000 déplacements cyclistes quotidiens.

Le vélo, bon pour pour la santé, la qualité de l'air, la qualité de vie et le porte-monnaie

Le vélo est en effet un mode de déplacement à la fois efficace, économique et bon pour la santé, je rappelle ici les alertes de l'OMS concernant la sédentarité quatrième facteur de risque de décès dans le monde.

L'OMS estimant ainsi que l'investissement dans un transport écologique et sain présente des effets positifs sur la santé et l'environnement a mis au point un outil appelé HEAT (health economic assessment tool). Il s'agit, via cet outil, de mesurer le nombre de vie épargnées et le bénéfice économique de la pratique des modes actifs.
Une étude sur notre ville est actuellement en cours avec nos services mobilité et santé et nous devrions en connaître les résultats très prochainement.
Les modes actifs de déplacements représentent un marqueur de qualité d'une vie, nous dit notre Secrétaire d'État au transport, ainsi, le déplacement vélo figure parmi les priorités de l'État avec notamment le Plan d'action pour les mobilités actives, mais aussi la loi de transition énergétique .
La loi prévoit, en effet, une aide pour les entreprises mettant des flottes de vélos à la disposition de leurs salariés, mesure complémentaire de l'indemnité kilométrique vélo qui attend avant la fin de l'année son décret d'application.
A l'heure de la COP 21, nous devons montrer que des actions concrètes sont possibles dans nos territoires. Développer l'usage du vélo est une action que nous devons mettre en exergue.

 

1 objectif, 4 leviers

Notre Plan Vélo Rennes 2020 s'appuie sur 4 leviers essentiels : la baisse de la vitesse, l'amélioration du réseau cyclable, les services vélos et enfin la promotion du vélo. Ces 4 leviers constituent ce que nous pouvons appeler un système vélo.

 

1. On ralentit

Tout d'abord, la baisse de la vitesse. Un audit réalisé dans notre ville en 2012 a montré que le principal frein à la pratique du vélo est le sentiment d'insécurité lié à la vitesse de circulation automobile.

C'est pourquoi, au plus tard en 2020 80% de nos rues seront limitées à 30 km/h maximum, le 50 devenant l'exception.

 

2. On améliore le réseau cyclable

Le second levier concerne l'amélioration de notre réseau cyclable.

Nous traitons les points noirs, améliorons les continuités cyclables et favorisons la perméabilité entre les quartiers. 5 fiches techniques ont été réalisées et ont permis de définir les meilleures conditions de cyclabilité. Ces fiches techniques, précieux outil au service des aménageurs doivent permettre d'insuffler une véritable culture vélo intégrée dès la conception des aménagements.
Quelques exemples que vous commencez à voir à Rennes : le renforcement du marquage au sol : les pictogrammes vélo à l'entrée des carrefours et à la sortie des garages, entrée et sorties des zones 30 mieux indiquées.

Il s'agit dans le même temps de développer des itinéraires structurants, axes offrant un itinéraire direct, un confort de roulement, un marquage au sol renforcé, un itinéraire le long duquel la circulation des cyclistes est traitée de façon prioritaire.

Ce réseau structurant a été défini en fonction des comptages vélo et de la fréquentation cyclable. Il relie les différents quartiers au centre-ville, permet aussi de desservir les zones d'emploi et offre une continuité cyclable avec les itinéraires cyclables métropolitains (schéma directeur vélo).

À l'horizon 2020, ce réseau structurant représentera 100 kilomètres.

Actuellement, sur ces 100 kilomètres, 40 sont en service, 25 son existant mais reste à améliorer et 35 sont à réaliser.

Ce réseau structurant mettra donc en œuvre une nouvelle génération d'aménagements cyclables plus sécurisés, plus attractifs, capables d'accueillir 2 à 3 fois plus de cyclistes qu'aujourd'hui. Il offrira prioritairement des pistes en site propre.

En effet, nous voulons aller chercher de nouveaux cyclistes, les Rennaises et les Rennais qui actuellement n'osent pas circuler à vélo par crainte de l'accident. Offrir de bonnes conditions de circulation aux cyclistes est un élément important susceptible de redonner le goût du vélo.
Vous aurez ces cartes sur l'intranet, je ne vais pas détailler mais vous voyez que nous avons privilégié le maillage des quartiers vers le centre-ville et la desserte des zones d'emploi. Pour ce qui concerne le centre-ville, à 100% en zone de circulation apaisée, nous ne retrouverons pas nécessairement d'aménagement spécifique pour le vélo, la règle étant le partage de la rue, la prudence et la priorité envers le plus vulnérable.
Ces itinéraires seront jalonnés de panneaux indiquant les distances en temps ou en kilomètres, et les points d'intérêt accessibles par des raccourcis.
Nous allons également poursuivre la mise à jour de la signalétique verticale (le sens interdit sauf vélo, les "tournez à droite" et "allez tout droit" et le nouveau panneau voie sans issue sauf vélo/piéton).

Enfin, dès janvier, nous mettrons en application le plan national d'action pour les mobilités actives, c'est à dire la généralisation des doubles sens vélo dans les rues à 30.

 

3. On améliore les services

Le stationnement sur la voie publique continuera à être déployé. Des implantations s'effectueront dans les rues commerçantes, au droit des équipements publics mais aussi dans les quartiers résidentiels (sur les trottoirs et sur la chaussée).

Afin de lutter contre le vol de vélo, des campagnes de marquage de vélo seront menées ainsi que des informations sur les antivols les plus sécurisés.

Le service VéloStar sera optimisé afin qu'il soit un véritable levier pour les déplacements vélo. Ainsi, des locations de plus longue durée pourront être envisagées.

La création de la Maison du vélo, lieu de synergie de toutes les initiatives, lieu de promotion du vélo est attendue et c'est avec détermination que nous participerons à sa mise en place dans les mois à venir.

 

4. On communique !

Le dernier levier indispensable pour atteindre notre objectif est la promotion du vélo.
Cette promotion se fait par le biais de moments festifs comme la Fête du vélo ou encore la Semaine de la mobilité, elle se fait aussi par des campagnes d'information sur le code de la rue, la sécurité des plus vulnérables. Dans cet objectif-là, nous continuerons nos opérations de prévention et d'éducation à la sécurité routière de la primaire au collège.

Pouvoir se déplacer à vélo est aussi un moyen de sortir de son isolement. Afin d'aller chercher des populations éloignées de ce type de transport, nous renforcerons notre présence auprès des associations locales de promotion et d'apprentissage du vélo et nous soutiendrons les ateliers vélo d'auto réparations.

Pour réaliser ce programme, je vous demande donc, chers collègues d'approuver le Plan Vélo Rennes 2020 et d'intégrer à la Programmation pluriannuelle des investissements voirie les aménagements structurants du plan « VéloRennes 2020 ».

 

2 commentaire(s)

  1. bouju lionel

    Bonjour,
    Est-ce qu’il est prévu une aide financière pour l’achat d’un vélo,d’un biporteur,triporteur,à Rennes comme dans d’autres villes de France,car c’est un véhicule qui remplace la voiture mais qui reste onéreux pour des personnes à faible ou très faible revenus .
    Dans une démarche écologique je n’utilise pas la voiture ,je n’ai d’ ailleurs pas le permis,et actuellement je fais tout mes déplacement à pied,à vélo ou en bus quand le temps est vraiment difficile,j’ai une remorque derrière mon vélo pour aller chercher mon fils à l’école,pour faire les courses et même pour partir en vacances quand cela est possible.
    Mais quand il s’agit d’ aller chercher quelque chose d’encombrant ou de lourd je suis obligé de faire appel à un ami qui à une voiture.
    Existe t il déjà des aides de l’état ,des micro-crédit ou autre pour me permettre l’ achat de véhicule type cargo-bike car actuellement il me faudrait 2 ans et demi pour économiser suffisamment pour espérer m’en acheter un.

    1. Les élu-e-s écologistes de Rennes et Rennes Métropole

      Bonjour, c’est une excellente proposition, mais qui n’est pas inscrite au budget pour cette année. Nous promettons d’y penser pour 2017 et vous tiendrons informé.
      Sylviane Rault, adjointe Mobilité à la Ville de Rennes

Laisser un commentaire